[POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

C'est ici que sont conservés tous les rps clos, afin de vous permettre de les relire quand vous le souhaiterez.

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Manuela Alvarez » 21 Février 2017, 22:44

La situation dérape... glisse sur un terrain bien dangereux. Déroutant. Un simple réveil comme tant d'autres se termine en caresse... câlin entre femmes. Jamais j'aurais put me douter un jour accepter les caresses d'autres femmes. Moi la petite catholique qui a attendu dix neuf ans pour laisser un homme la toucher. J'ai tellement changé, évolué en si peu de temps. Ce constat me donne presque le vertige.

Les louves anéantissent mes dernières barrières. Je ne peux plus... non je ne veux plus me soustraire à elles et à leurs caresses. Je suis excitée, j'en prend peu à peu conscience et l'accepte. J'éprouve du désir pour les deux louves... C'est improbable, mais pourtant bien vraie. La main d'Eliana glisse sous mon haut, effleurant puis jouant avec ma poitrine. Ma respiration s'accélère et deviens irrégulière. Danu m'offre mon unique chance d'arrêter cette folie... et pourtant je l'esquive m'enlisant dans cette spirale de désir charnelle. La louve fonce entre mes cuisses, me caressant... me léchant à travers mon dessous déjà trempé. Je gémis, me tortille... elle m'immobilise, enserrant mes cuisses de ses bras. Tremblante, ma main viens caresser la joue d'Eliana avant de l'embrasser... goutant d'abord timidement ses lèvres avant d'accentuer ce baiser... Mon premier baiser pour une femme. Ce baiser est long... langoureux et m'enlève dans de hautes sphères. Je pousse un cris... etouphé par les lèvres d'Eliana lorsque Danu écarte ma culotte pour passer sa langue brulante entres mes lèvres intimes... Elle me procure des sensations inédites...nouvelles. Terriblement addictives et excitante. Je me sens comme sur un nuage, j'ai l'impression d'être dans du coton, incapable d'aligner deux pensées cohérentes, me laissant complètement porter par le plaisir. Je sent Eliana sursauter contre mes lèvres... la main taquine d'Eabha vient la taquiner. Les choses ne font que commencer et j'ignore si cette "annonce" doit m'effrayer ou non... mais elle est en tout les cas pleine de promesses qui me font frissonner d'avance. La louve me dévoile plus à leurs prunelles gourmandes, dévoilant mon buste... ma poitrine pour venir malmener cette dernière. La mordillant.... la palpant. M'arranchant des gémissements. Mes seins pointes d'excitation. Sa langue chaude sur mes seins est divine. Je gémis de plaisir... la langue habile de Danu joue avec mon clitoris, faisant grimper mon plaisir à une vitesse fulgurante. Je regarde tour à tour les louves, le regard brillant de plaisir... Elles n'ont jamais du me voir ainsi... excitée, ouverte au plaisir... cet état était réservé à mon loup, lui seul connaissait la Manuela gémissante et pantelante de plaisir... jusqu'à ce matin. J'observe ensuite Danu, qui enlève son haut, dévoilant sa poitrine généreuse. Je me mordille la lèvres, gémissant, me tortillant lorsqu'elle vient mordiller ma poitrine. Mes mains bien que légèrement timides et tremblantes, viennent caresser les louves... une mains s'attardant sur ma poitrine de Eliana malaxant un sein, lui pinçant doucement le téton pendant que ma seconde main viens contre le ventre de Danu, hésitante... cette main finit par descendre lentement... très lentement finissant par atteindre son intimité, glissant entre ses lèvres intimes. Mes gestes sont quelques peut timide et mal assuré, mais de plus en plus à l'aise. Je le sent humide contre mes doigts. Elle nous demande si ça nous plais. J'esquisse un petit sourire, avant de me pencher vers elle pour l'embrasser.

" Je ne serais plus là si c'étais pas le cas..."

Soufflais-je un brin taquine, avouant prendre du plaisir avec elle. Mes joues rougissent, à cause ma la timidité maladive... ma gêne... mon plaisir. Tous ça à la fois. Elle actives ses doigts en moi, m'arrachant non plus des gémissements, mes des cris de plaisir que je ne peux plus contenir. Nous entent-on ? Peut être... sans doute, mais pour l'heur c'est bien le cadet de mes soucis. Je suis au bord de la jouissance... je me tortille, me cambre... venant embrasser Eabha d'un baiser sauvage qui ne me ressemble pas... possédée par ce plaisir qui me terrasse, je me laisser aller... submerger par mon plaisir je ne tiens plus, mes doigts s'immisce en elle, je sent sa mouille couler sur mes doigts... c'est une grande première pour moi et bien que déroutant... bien loin d'être désagréable. Je tourne la tête, venant voler les lèvres d'Eliana cette fois ci... glissant ensuite mes lèvres dans son cou... dérivant lentement sur sa poitrine que je malaxe toujours.
Image


Fiche - Carnet d'adresses - Journal RP

DC : Ruby / Tania / Sienna / Candice
Avatar de l’utilisateur
Manuela Alvarez
 
Message(s) : 579
Inscription : 20 Mai 2015, 17:38
Race: Humaine
Age: 19 ans
Taille: 1m62
Métier: Fille au pair - Etudiante
Maître: Amarok
Esclave/Familier: Je peux avoir un chaton ?

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Eliana Vidal » 25 Février 2017, 16:13

Nous commençons à former un enchevêtrement de corps sensuels, guidés par nos instincts les plus primitifs. Ma bouche s’occupe d’un sein de la petite humaine qui gémit délicieusement, mes lèvres emprisonnant son téton avec gourmandise, si bien que parfois mes dents viennent aussi de la partie pour lui mordiller tout doucement. Mon autre main descend et trouve les cheveux de Danu, que je tripote doucement alors que ses doigts jouent dans ma fine toison, et glissent sur mes lèvres intimes désormais trempées.

Je halète et pousse un gémissement étouffé quand un de ses doigts s’insinue en moi, franchissant en un geste et en une seconde les portes de mon antre restée si longtemps oubliée. Il y a plus de 100 ans que personne n’a franchis cette frontière et plus de 300 ans que je n’ai plus eu de contact agréable à cet endroit. Par réflexe, je reste un peu tendue lors des premiers va et vient de Danu mais l’atmosphère tendre et sensuelle qui règne parvient à me détendre. Mieux encore, j’y prends sérieusement plaisir et mes cuisses s’entrouvrent encore plus.

Je sens ma consœur omega changer de position pour se libérer de ses vêtements trop encombrants, et elle remonte légèrement le long du corps de la gitane. Nous nous trouvons toutes trois presque à même hauteur désormais. Je relève la tête pour prendre mon souffle, laissant quelques secondes la poitrine de la gitane tranquille quand Danu m’empoigne le visage et me guide jusqu’à ses lèvres. Mon regard luisant d’excitation se plonge dans celui de ma sœur de meute et nous nous embrassons goulument et sans réserve. Je goûte au nectar intime de Manuela, m’enivre de son parfum, de leurs parfums à toutes les deux.

Nous devenons comme frénétiques, déjà Eabha repars vers la gitane, puis revient me mordiller le cou. Manuela est désormais sortie de sa réserve, très différente de la timide humaine que j’ai connue jusque-là, et presque aussi gourmande et insatiable que nous. L’humaine s’enhardit même à venir me malaxer un sein que je lui offre volontiers, soupirant de plaisir.

C’est alors que Danu passe de mon cou à mon ventre, qui se contracte un peu de plaisir et de désir mêlé. Sa bouche arrive devant mon intimité et elle s’y engouffre, jouant de ses lèvres et de sa langue contre mon jardin, ce qui cette fois me fait clairement crier. Je me cambre et m’étourdit sous la langue chaude de la louve.

Oh doucement… ça fait si longtemps… !

Je me laisse aller sous ses attentions, gémissant sans retenue alors que la gitane vient m’embrasser avec ardeur, incitée par les caresses de Danu qu’elle essaie de lui rendre. L’humaine récolte mes soupirs au bord de ses lèvres, puis elle descend vers ma poitrine tendue. Je souffle un instant avant de répondre de manière taquine à la question toute rhétorique de ma consoeur, qui a remplacé sa bouche par ses doigts.

Tu es très douée de ton corps, c’est indéniable !

Je me redresse un peu, laissant mes mains dérivées sur les corps des deux femmes, caressant de l’une l’épaule de Danu et son dos, laissant par moment mes ongles la griffer légèrement ; et de l’autre je viens pincer un sein de la petite gitane. Le plaisir que je ressens est intense, je suis au bord de la jouissance. Ces années d'abstinence n'ont pas aidé à me garder endurante. Mais je me retrouve comme bloquée, incapable de laisser l'orgasme sortir.
Image

DC de Ambre Stokes
Avatar de l’utilisateur
Eliana Vidal
 
Message(s) : 603
Inscription : 24 Décembre 2015, 11:58
Véritable nom: Raksha
Race: Loup-Garou
Age: 595 réel, 30 en apparence
Taille: 1m65
Métier: Vagabonde, Omega

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Eabha Mac Cárthaigh » 26 Février 2017, 15:45

Si quelqu’un entrait dans la chambre, il ne verrait non pas trois femmes, mais un imbroglio de corps enlacés. Eliana, Manuela et moi-même, sommes enfiévrées et excitées. Nous nous amusons les unes avec les autres, sans gêne, sans honte, sans regrets. Nos mains, nos doigts, nos langues… tout s’entremêle, se glisse, se lie entre nous.

Quand Manuela a rendu les armes, quand elle m’a dit qu’elle ne voulait pas que je m’arrête, j’ai foncé entre ses cuisses jouant de ma langue sur elle, la dévorant littéralement. Si j’avais été Volontaris, c’est une langue lupine que j’aurais glissée en elle, et non ma langue humaine. Mais sans avec cette dernière, je parviens à arracher des gémissements de plaisir à la petite gitane, ce qui me plaît fortement.

Bien entendu, je ne délaisse pas ma consœur, glissant doucement des doigts dans sa fente qui commence à s’humidifier. Oh bien sûr, je sens la tension qui émane d’elle. La peur, et la crainte, liées aux mauvais souvenirs. Mais je m’applique à jouer de manière tendre et sensuelle avec elle, pas à lui faire mal ou peur. Et très vite, elle se détend, et écarte un peu plus les cuisses, signe qu’elle accueille mes caresses avec plaisir.

Très vite, je me sens engoncée dans mes vêtements, tant et si bien que je les ôte en vitesse, me mettant entièrement nue face à elle. Depuis que nous dormons avec Amarok, je ne rêve que de cela, me mettre nue pour me lover contre leurs corps à elle. Mais par égard pour la gitane et Raksha, je ne l’ai jamais fait. Maintenant, c’est différent.

Je me jette limite sur la petite Manuela, jouant avec son téton gonflé de désir, laissant ma consoeur, s’amuser avec l’autre. Mais je délaisse bien vite mon jeu, pour venir embrasser l’oméga, en un baiser passionné, et portant encore le goût de la gitane. Puis je reviens à cette dernière, l’embrassant avant à Eliana. J’alterne entre elles, ne pouvant me décider à en délaisser une. Je veux m’amuser et profiter d’elles d’eux.

Je descends le long du corps de l’espagnole, et enfouis mon visage entre ses cuisses, lui arrachant des gémissements de plaisir. Elle me dit d’y aller plus doucement, tant cela faisait longtemps, et je m’exécute. Je me fais douce, tendre et câline, cherchant malgré tout à lui procurer le maximum de plaisir.

Mais ce n’est pas suffisant, je me redresse, et plonge à nouveau mes doigts en elles deux, bien décidée à les faire jouir. Je leur demande si cela leur plaît, toutes deux répondent par l’affirmative, ce qui m’incite à accentuer mes caresses.

Et puis, voilà que Manuela, la douce et tendre Manuela, glisse doucement sa main sur mon corps, descendant de plus en plus bas. Je m’approche d’elle, pour lui faciliter la tâche, et pousse un soupir d’aise quand je la sens toucher mes lèvres, et y enfoncer ses doigts.

Nous ne sommes plus qu’un entrelacs de corps, enfiévrés et endiablés. Eliana et Manuela s’embrassent, tandis que leurs mains me caressent, me griffent, me torturent... J’aime cela. Je gémis mon plaisir, me tends, me cambre pour mieux sentir les doigts de la gitane s’enfouir en moi. Je veux les entendre et les voir jouir.

Et dans le feu de l’action, je sors un doigt humide de leur entrecuisse humide, pour venir le frotter sur leur corolle. J’humidifie cette dernière, faisant des ronds dessus, afin de les préparer. Je suis particulièrement attentive à Eliana, que je ne voudrais pas braquer. Cela pourrait être pris pour un acte de domination, mais ce n’en est pas un.

Mon aura, n’est pas celle d’une dominante. Je ne joue pas avec elle pour lui montrer qui est la patronne. Je le fais, parce que j’en ai envie, que ça me plaît, et que j’ai envie d’elle. A dire vraie, c’est moi qui suis soumise à mes envies. Par conséquent, agir de la sorte n’est pas un acte de domination, mais de plaisir. Je veux lui faire plaisir, la sentant bien moins réceptive que Manuela. Je veux qu’elle jouisse.

Si elle se braque, je retirerais mon doigt, et le glisserais à nouveau devant. Mais sinon, je compte bien la faire crier, et j’espère, la libérer de son passé douloureux. J’ai une chance, une petite chance de l’aider, et je veux la saisir. Parce qu’elle est ma consœur…. Mon amie… et aujourd’hui, mon amante…
Image
DC : Ida Valmasen - Blanche Bellefleur - Vladimir Poujinski - Wyatt Emerson - Sunao Ichigami - Oya LaSirène
Avatar de l’utilisateur
Eabha Mac Cárthaigh
 
Message(s) : 237
Inscription : 22 Mai 2015, 16:35
Véritable nom: Aucun pour le moment
Race: Louve
Age: 72 ans réels, 25 apparent
Taille: 1m57
Métier: Oméga & Conseillère Conjugale

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Manuela Alvarez » 28 Février 2017, 19:35

Inédit. Excitant. Plaisant. Brulant... des adjectifs pour qualifier cette étreintes d'un nouveau genre pour moi ne manque pas. Je suis autant perdue qu'excitée... c'est pour dire. Mon corps à prit le dessus sur ma raison, et je ne peux pas dire que je le regrette. A sa non... j'appréhende seulement le moment ou je vais devoir en discuter avec Amarok, parce que Oui, il faudra que je lui en parle. J'ai aucun secret pour lui. Aucun.

La langue de Danu entre mes cuisses est divine et m'arrache des gémissements totalement incontrôlé, je me cambre instinctivement pour m'offrir à elle. Elle joue avec moi, pendant qu'Eliana elle vient jouer avec ma poitrine. Je suis pantelante... tremblante de plaisir. Leurs mains, leurs langues sont … brulantes et enivrantes. Je me laisse porter par ce flot d'émotions et de sensation nouvelle, me décoinçant légèrement, osant des baisers... des caresses... je perd lentement le contrôle de la situation et je crois que j'aime ça. Moi l'humaine coincée et prude... Danu enlève ses vêtements, dévoilant son corps musclé, elle est belle, et je me surprend à la contempler un instant. Elle est belle. Très belle... Les deux louves gouttent ma poitrine, malmenant mes pointes... m'arrachant des plaintes délicieuses. Mes prunelles brillantes de désir observent mes partenaires se dévorer de baiser l'une l'autre... Je me laisser porter par les évènements qui me dépassent complètement. Danu m'embrasse, me dévore avec un appétit...incroyable. Pendant que Danu plonge son visage entre les cuisses d'Eliana, je viens l'embrasser, nichant ensuite mon visage dans son cou, laissant ma langue glisser sur sa poitrine, jouant avec une de ses pointes... enivrant de ses gémissements provoqués par nos langues.

Danu est vorace et gourmande, impossible de l'arrêter maintenant que la machine est lancé... et à en juger par l'état dans lequel elle m'a plongée, je n'ais pas la moindre envie... de l'arrêter. Elle replonge ses doigts en moi, ma main serre celle d'Eliana alors que je me cambre et gémis d'un plaisir grandissant... Il m'habite et me contrôle, muselant ma raison, la forçant à se taire pour que mon corps écoute ce plaisir... cette envie qui me fait mouiller outrageusement sur les doigts de la louve. Je suis au bord de l'extase... quelques caresses de la louve et je pousse un cris de plaisir, me cambrant à l'extrême... mes muscles intimes se contractent et mon bouton de chaire bat contre les doigts habiles de Danu... je gémis leurs prénoms... mon corps est secoués par des spasmes de plaisir totalement... incontrôlés. Mes mains glissent sur leurs corps... les caresses... Caressant l'opulente poitrine d'Eliana... et les lèvres intimes de Danu. C'est nouveau pour moi.. Inédit et tellement grisant. Je sent sa mouille couler sur mes doigts, et m'en délecte pendant que je pince doucement les pointes d'Eliana dans le même temps. J'enfonce mes doigts en elle, la fouillant sans plus de retenue, au point ou nous en sommes... ma timidité n'a plus rien à faire ici. Seul notre plaisir compte. Ca et seulement ca.
Nous ne sommes plus que des corps enchevêtrés... des caresses et des baisers. Nos gémissements s'unissent. Je hoquète de surprise en sentant le doigts mutin de la louve contre ma corolle... jouant autour... elle fait de même à ELiana. Mon regard passe de l'une à l'autre... Ses "nouvelles attentions" m'excite plus que ça le devrait. Je me mord la lèvre, serrant les fesses par pudeur, alors qu'au fond de moi mon corps la veux... désir l'aspirer, la sentir me fourrager. Coincée entre ma pudeur... ma candeur et mon désir j'ignore encore comment réagir. Puis-je franchir ce pas sans qu'il y ait des conséquences ? Je frissonne... mon esprits est comme embrumé par cet jouissance qu'elles m'ont déjà faite atteindre, je suis incapable de réfléchir... je suis l'esclave de mon propre désir. Je me redresse, venant embrasser Eliana langoureusement... laissant toujours Danu s'amuser autour de ma corolle, puis je plonge mes prunelles brillantes dans celles d'Eliana, la sondant. Je lèche sa poitrine la mordillant avant d'adresser à Danu un regard mutin... Je laisse mon désir prendre le dessus, l'acceptant... l'assumant. Je suis à genoux, mes mains sur le draps, je m'étire en avant à la manière d'un chat, écrasant moi poitrine contre le draps les fesses relevé, les offrant en pature à la louve... Je n'ai pas formule mon désir à haute voix, mais elle en est l'investigatrice... et je pense que ma position est suffisamment... claire comme ça.


Points défis : 6PTS
Image


Fiche - Carnet d'adresses - Journal RP

DC : Ruby / Tania / Sienna / Candice
Avatar de l’utilisateur
Manuela Alvarez
 
Message(s) : 579
Inscription : 20 Mai 2015, 17:38
Race: Humaine
Age: 19 ans
Taille: 1m62
Métier: Fille au pair - Etudiante
Maître: Amarok
Esclave/Familier: Je peux avoir un chaton ?

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Eliana Vidal » 02 Mars 2017, 23:10

Désir, désir, désir... Mon esprit se met doucement en veille, pour laisser place à l'embrasement des sens au temps présent. Je ne suis plus que sensations: celle des lèvres douces contre ma peau brûlante, la douceur satinée des mains féminines sur ma poitrine, la langue joueuse et mutine qui descend le long de mon corps, frôle mon nombril et s'aventure en terre inconnue...
A mon tour je rends caresse pour caresse, baiser pour baiser. Ma bouche pars à l'assaut de celle de la louve, puis de la gitane. J'y met de plus en plus d'ardeur, fouillant avec ma langue, aspirant la leur avec une sensualité dont je ne me serais pas sentie capable. Mes doigts filent en exploration, glissant sur les peaux aux odeurs si fruitées de mes amantes du jour.

C'est quelque chose d'instinctif, quelque chose que mon corps sait, qu'il a déjà appris il y a très longtemps. Alors comme quand on retrouve une vieille habitude, les gestes sont un peu hésitants et malhabiles au début, mais très vite les instincts reviennent et mes caresses se font plus sûres.
Alors oui bien sûr, ma conscience parfois se rappelle à moi par une vague d'angoisse bien sentie mais j'arrive pour le moment à passer outre et à me concentrer sur mon plaisir. La chaleur fourmille sur mon épiderme et circule partout à m'en faire dresser les moindres petits poils sur ma peau, mon souffle s'accélère et se fait plus court, imperceptiblement. Mon ventre est le centre d'une tension qui s'accumule et gonfle jusqu'à devenir à la limite du supportable.

Danu use de toute son habileté au sein de mon jardin secret, alors que Manuela me tête doucement un sein. Je gémis, je lèche le lobe de l'oreille de l'humaine tout en griffant un peu la louve, lui triturant les cheveux par la même occasion.
Manuela vient soudain me prendre la main et la serrer, je comprend que par là elle se sens vaciller au bord du gouffre. Je tourne les yeux vers elle et plonge mon regard vers elle pour ne rien perdre du spectacle de la jouissance qu'elle nous offre. Ma man ne la lâche cependant pas, et alors qu'elle gémis et se cambre, ma consoeur s'occupant toujours de mon entrecuisse, je viens triturer et pincer ses tétons d'un geste un peu ferme, pour ajouter encore à son plaisir.
Je n'arrive cependant pas à en faire de même, retenue par quelque chose qui m'empêche d'extérioriser mon plaisir, et je suis contrainte d'en rester là, juste au bord du gouffre.

Remise de ses émotions, l'humaine s'enhardit à aller caresser la louve qui, éprise de désir de nous entendre crier, vient cette fois s'attaquer à nos petits trous. Je sursaute, je gigote un peu, mal à l'aise. Ce n'est pas que j’interprète cela comme de la domination non, je sens bien que Danu n'as nulle prétention de pouvoir ou de supériorité sur moi.
La corolle reste cependant un endroit un peu sensible chez moi et une grosse bouffée de peur me monte à la gorge, me coupant le souffle.
Je sais que la louve l'a sentie et alors qu'elle s'apprête à ramener son doigts aux côtés des autres dans mon intimité, je me redresse et attrape vivement son poignet, pour l'empêcher de bouger. Mes yeux rivés aux siens lui communiquent ma confiance en elle alors que je laisse l'angoisse refluer. Je met mes mains à l'arrière de mon corps et viens de moi-même bouger un peu du bassin contre ses doigts pour retrouver le plaisir, jusqu'à soupirer et gémir à nouveau.
Confiante en la louve, je bouge même de manière à sentir son doigt titiller mon petit trou.

Manuela se dresse à son tour et contre toute attente, elle se met à genoux et viens se positionner au dessus de moi, m'embrassant, sondant mon regard et offrant son postérieur aux doigts habiles de la belle louve. Je goûte furieusement aux lèvres de l'humaine, emprisonnant sa lèvre entre mes dents, gémissant dans sa bouche, et agrippant à ses seins alors que le plaisir grimpe à nouveau en moi.
Danu peut ainsi officier sur nos deux corps en même temps, et lorsque finalement elle glisse un doigt dans ma corolle, forcément légèrement l'entrée resserrée, je me cambre en criant, c'est une sensation si étrange. Je me sens comme écartelée mais tellement bien prise de toute part entre son doigt dans mon fondement et les autres dans mon antre humide.

Je me contracte et me resserre autour de ses doigts qui entament une danse infernale au creux de mes reins. Je gémis, le plaisir est là, et je me sens à nouveau mouiller, comme si une vague d'excitation revenait exploser en moi. Je souffle, je tente de me laisser aller, de laisser les sensations imprégnées totalement mon corps jusqu'à monter encore et encore.
Et soudain c'est l'explosion. Puissante et intense, brutale comme je n'aurais pas pu m'y attendre, l'esprit embrumé. A la fois douloureux et jouissif, l' orgasme me coupe le souffle et me fais trembler de tous mes membres. Cela dure un certain temps, ou du moins en ais-je l'impression, et je me retrouve pantelante une fois que je retrouve mes esprits.
Image

DC de Ambre Stokes
Avatar de l’utilisateur
Eliana Vidal
 
Message(s) : 603
Inscription : 24 Décembre 2015, 11:58
Véritable nom: Raksha
Race: Loup-Garou
Age: 595 réel, 30 en apparence
Taille: 1m65
Métier: Vagabonde, Omega

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Eabha Mac Cárthaigh » 03 Mars 2017, 16:36

Pourquoi n’ai-je pas essayée les femmes avant ce jour ? C’est tellement plus sensuel, tellement plus tactile d’avec les hommes… Mes mains caressent leurs corps chauds, brûlants et humides. L’odeur de cyprine et de transpiration envahit mes narines, tandis que je me joue du corps de mes compagnes de jeu. Et cela m’excite ! Pourtant j’en ai sentit des femmes mouiller, j’ai sentit l’odeur de transpiration mêlée à celle du stupre… J’ai déjà sentie Manuela être excitée pour Amarok. Et cela ne m’avait jamais rien fait.

Mais là… là… là je ne me tiens plus. Je veux la dévorer, la faire mienne, la posséder, elle comme Eliana. Je les veux toutes deux, comme si ma vie en dépendait. C’est viscéral, bestial, animal. J’ignore si c’est à cause de la frustration, ou d’autre chose, mais je les veux, elles et personne d’autre.

Je les aient goûtées. Embrassées. Caressées. Tétées. J’ai mis ma tête entre leurs cuisses, pour m’abreuver à leur jus d’amour. Et maintenant, je veux les voire et les entendre jouir. Je glisse mes doigts dans leurs cons humides et chauds, et frotte mes pouces sur leur clitoris. J’y vais doucement au début, puis me fait plus hardie, plus sauvage. Pourtant, autant Manuela réagit très bien à mes attentions, autant Raksha semble avoir du mal. Est-ce que je m’y prends mal avec elle ? Est-ce que les souvenirs douloureux sont encore trop présents en elle ? Ou bien est-ce son corps qui ne parvient pas à oublier ?

Je la guette, cherche à lui procurer du plaisir, tout en restant prudente à ses réactions. Elle s’offre à moi je le vois, mais elle ne parvient pas à atteindre l’orgasme. Pas comme Manuela qui jouit sous mes doigts, et me ravie pour cela. Je continue mes vas-et-viens en elle, tandis qu’elle se tourne pour embrasser ma consœur, et jouer un peu avec elle. Puis, c’est vers moi qu’elle se concentre, bien décidée à me rendre la pareille. Je me rapproche, me contorsionne pour l’aider dans sa tâche, et me fais plus hardie quand ses doigts glissent en moi.

Oh petite Manuela, comme tu es timide. Tes petites mains sont si peu assurées. Mais elle gagne en confiance, et cela me plaît. Je m’offre à elle, écarte au mieux mes cuisses, pour lui permettre de faire ce qu’elle veut de moi. Je mouille d’avantage, et l’incite à y aller plus franchement avec moi. Qu’elle n’hésite pas, je n’aurais pas mal. Je suis une louve, une oméga, et surtout, j’ai couchée avec trois gros dominants : Amarok, Khain et Garikaï. En même temps ! Et j’y ai pris mon pied, même si je n’ai pas réussie à me lever le lendemain.

J’aime qu’on me ravage, qu’on me ruine, qu’on me détruise. Même si ce fut douloureux avec Amarok sous sa forme véritable, je ne peux nier que passés les premiers moments, j’ai réussie à prendre mon plaisir. Parce que je suis une oméga. SON oméga. Mais, autant l’avouer, même pour moi ce fut trop. Je préférerais éviter de recommencer. Ou mieux préparer le terrain…

J’ondule comme une folle, tandis que mes doigts remuent en elles. La petite gitane n’est pas assez fougueuse, pas assez téméraire. Seulement comment lui faire comprendre ? Comment le lui dire sans l’offusquer, ou m’arrêter ? Mes doigts dérivent doucement, et viennent flatter leur corolle à toutes deux. Je les sens tendues, crispées, nerveuses, indécises. Surtout Eliana.

Je la sens qui se crispe, aussi j’ôte mon doigt de son petit trou, pour le ramener rejoindre ses petits frères. Seulement, la louve se redresse et me saisit le poignet pour m’empêcher de bouger. Je la regarde, et je lis dans son regard ce qu’elle attend de moi, qu’elle se confie à moi. Je lui souris tendrement, tandis qu’elle s’allonge à nouveau sur le lit. Doucement, je ramène mon doigt jouer avec sa corolle, tandis que l’oméga ondule légèrement pour sentir mon doigt la titiller. Je suis à la fois heureuse, et fière qu’elle se confie ainsi à moi. Qu’elle me fasse à ce point confiance…

Et puis, nous surprenant toutes deux, Manuela se redresse, et sa place au-dessus de la louve. Elle se penche en avant, et pose sa poitrine sur le lit, m’offrant ses petites fesses en pâture. Je jette un œil à Eliana. J’ai beau ne pas être une dominante, là, c’est horriblement tentant. Je m’approche doucement de la petite gitane, prédatrice et viens jouer de ma langue sur son anus. Je fais rond sur l’entrée de son petit trou, pousse le bout de ma langue bien au milieu de sa corolle, écarte une de ses fesses avec ma main libre. Je l’enfonce doucement en elle, lubrifiant l’entrée, avant de m’écarter pour me préparer à faire entrer un doigt en elle.


La petite gitane se recule prudemment, et je fais de même. Elle se place au-dessus d’Eliana, et l’embrasse. La louve répond avec passion au baiser, et lui malmène les seins, tandis que je presse doucement l’entrée de leur rue-sans-lune, et fais pénétrer un doigt en elles. Doucement, je fais des petits va-et-viens, pour les faire pénétrer plus loin, et ce sans leur faire mal. Raksha régit intensément. Pas de douleur, mais de plaisir. Je pousse le vice jusqu’à faire frotter mes doigts à travers la membrane séparant son vagin de son utérus. Quant à Manuela, j’hésite à faire de même. Seulement sa position de soumise de tout à l’heure, m’incite plutôt à frotter un deuxième doigt, encore humide de sa cyprine, à l’entrée de sa corolle, et à le glisser en elle.

Alors que toutes deux s’habituent à la présence de mes doigts dans leur anus, je les remue plus vivement, avec plus de force. La louve semble plus réceptive à ces attentions. Bien que j’en ignore la cause, je pousse ma chance, tentant de la faire jouir de mes doigts. Il en va de même pour Manuela, la douce Manuela, qui s’est offerte à moi. Plus je m’amuse, et plus je suis excitée. Et pourtant, je ne suis pas frustrée. Je suis tout entière à ma tache, telle une marionnettiste avec les doigts.

Je les sens qui vont jouir. Oui, allez, je peux le faire. Je peux faire jouir Eliana. Et soudain, elle explose, je la vois qui se cambre et contracte sous mes doigts. Un orgasme. Enfin ! J’ai réussie ! Son plaisir est tel, que j’ai l’impression de jouir moi aussi, de partager son orgasme. Non, je jouis moi aussi ! J’halète surprise, tandis que mon corps tremble sous le coup du plaisir qui m’a saisit. Je m’effondre à moitié, et regarde Raksha. Sa jouissance… son plaisir… ils sont transmis à travers le lien de meute. Tous nous l’avons sentis. Sans exception. De moi à Amarok. On ne va pas vraiment pouvoir cacher ce qui vient de se passer.

Je regarde Manuela, que j’espère avoir faite jouir avant de m’écrouler. La pauvre n’a pas dut comprendre ce qui vient de se passer. Et pour le moment, je me demande si c’est une bonne idée de le lui dire. Lui avouer que tous les loups ont eut un orgasme via Eliana, qu’ils ont du tous jouir dans leur pantalon… Non, mieux vaut ne pas lui dire. Elle serait trop gênée. Même si je me suis écroulée, mes doigts, eux sont restés en place, et je peine à les retirer des filles. Mais une fois la chose faite, je m’écroule à côtés d’elles, luisante de sueur, dégoulinante de cyprine et encore tremblante. Je ris doucement, amusée. Même si j’aurais bien aimée jouir autrement que par la Eliana interposée, je me sens terriblement bien.

-Ca va les filles ?

Je ne sais pas elles, mais moi, j’ai bien envie d’un bon bain là tout de suite.
Image
DC : Ida Valmasen - Blanche Bellefleur - Vladimir Poujinski - Wyatt Emerson - Sunao Ichigami - Oya LaSirène
Avatar de l’utilisateur
Eabha Mac Cárthaigh
 
Message(s) : 237
Inscription : 22 Mai 2015, 16:35
Véritable nom: Aucun pour le moment
Race: Louve
Age: 72 ans réels, 25 apparent
Taille: 1m57
Métier: Oméga & Conseillère Conjugale

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Manuela Alvarez » 08 Mars 2017, 13:12

M’adonner à ce genre de rapprochement avec des femmes auraient du me gêner et m’offusquer, mais à la place, je m’abandonne à leurs attentions charnelles. Qu’est ce qui est arrivé à la jeune fille chaste et catholique? A croire que mon loup l’à… croquée et à laissé d’elle qu’une jeune femme timide certes, mais bien plus ouverte aux plaisirs de la vie. Il y a encore peu de temps, je me serais braquée et aurait refusé tout ça en bloque, mais là… non, j’étais gênée certes, mais mon désir et mon excitation ont vite pris le pas sur ma raison. Ce combat intérieur n’est pas toujours aisé à gérer au quotidien, c’est comme si une nouvelle Manuela était en train de naître, effaçant peu à peu l’ancienne…

Les caresses des louves m’excites, échauffe mon esprit qui était bien trop… sage. Mon désir d’elle outrepasse tout le reste, je ne vois plus qu’elle et ai envie que d’elle. Mon dieu… je ne me reconnais plus. Je gémis, me laisse aller à ce plaisir qui devrait m’être interdit. Ma religion n’accepte pas cela… ni le sexe avant le mariage… Alors maintenant au point ou j’en suis… J’en rougis rien qu’en pensant à tous ses interdits que j’ai déjà outrepasser.

Je lâche totalement prise, laissant ce plaisir provoqué par les louves s’insinuer en moi, me contrôler… me ravager. C’est un tsunamie de plaisir qui s’empare de moi. Un orgasme délicieux… si différent de ceux offert par mon loups… Je découvre encore mon corps et les différents plaisir qu’il renferme. C’est grisant.

Encore secouée par des spasmes de plaisir incontrôlés, je me redresse pour venir embrasser Eliana, un baiser langoureux… fiévreux, mêlant ma langue à la sienne sans plus aucune retenue. Je suis comme… une nouvelle personne, et c’est flippant. Mon dieu si Amarok me voyais ainsi… que dirait-il ? Que pensera-t-il de moi…? M’aimera t il toujours autant après cela ou sera… déçus ? Je ne devrais pas me préoccuper de ça maintenant, pas lorsque ma langue est dans celle de cette belle… et délicieuse louve. Mon regard coule ensuite sur Danu… qui c’est occupée de nous sans qu’on se soit encore occupée d’elle… Je me détache de la louve quelques instants pour venir m’occuper d’elle. Je glisse mes doigts entre ses lèvres intimes. Mes caresses sont sans doute très...maladroite. Je ne me suis jamais octroyé de plaisir solitaire, et c’est la… la première fois que je caresse une femme. Elle m’aide en changeant de position mais, mes caresses sont timides et retenues… je m’y habitue doucement, affirmant peu à peu mes caresses. je la sent mouiller contre mes doigts novices, je la pénètre d’un doigts… puis deux, entamant des vas et viens en elle. je veux l'entendre gémir, provoquer en elle autant de plaisir qu’elle en provoque en moi. Elle ondule d’elle même sur mes doigts trop sages… j’ai peur de mal faire, de lui faire mal, et c’est sans doute pour ça que je suis encore trop sur la retenue, j’ai encore tellement à apprendre.

Les doigts de Danu dérives sur ma corolle, instinctivement, je serre les fesses, bien que je ne lui barre nullement le chemin, je suis seulement… surprise. Eliana semble l’être aussi… mais tout comme moi, elle s’ouvre à la louve et accepte qu’elle joue avec notre séant. Je déloge mes doigts de son entrecuisse pour venir me positionner au dessus d’Eliana me penchant outrageusement en avant pour offrir mon giron à Danu… Je frissonne en la sentant s’approcher de moi, sa langue se poser sur mon anus. Je gémis… Mon visage revient à la hauteur de celui d’Eliana… que j’embrasse avec passion, gémissant contre ses lèvres gonflées de plaisir. Je lâche un cris de souris lorsqu’elle pénètre un doigts en moi… Les attouchements de Danu me font gémir, trembler… j’enfouis mon visage dans le cou d’Eliana… j’embrassa la peau fine et sensible de son cou, la mordillant même par moment. La louve nous pousse dans nos derniers retranchements, impossible de retenir ses gémissements, ses cris de plaisir… Ils m’échappent et raisonne dans la chambre… scène de nos ébats. Je jouis en concert avec la louve, nos corps se retrouvent secoué par un orgasme spectaculaire… J’ignore ce qui vient de se passer, que l’orgasme de la louve c’est transmi à la meute entière… Je ne comprend pas encore l’étroitesse de ce lien qui unis les loups entre eux, mais pour l’heur ce n’est pas le centre de mes préoccupations.

C’est une Danu alletante et transpirante de plaisir qui s’écroule à nos côté. je pose sur elle un regard chaud… brûlant même. Elle est belle… Je rougis en me surprenant à avoir ce genre de songe pour une femme. C’est… pas normal… Si ? La louve nous demandes comment nous allons, et je lui répond avec un sourire énigmatique… Eliana et moi pouvons qu’aller bien après cette jouissance dévastatrice, mais Danu… qui c’est occupée d’elle ? Personne. A elle seule, elle nous a fait conduites à l’orgasme… Elle doit se sentir tellement frustrée. Je rougis à cette idée qui fleurit dans mon esprit. Je ne suis pas une personne entreprenant d’habitude, mais là mon désir de la voir jouir outrepasse ma timidité naturelle.

Je me redresse et me détache d’Eliana pour me glisser de l’autre côté de Danu, la coinçant entre ELiana et moi… Je suis dans son dos, déposant un baiser dans sa nuque… Un regard entendus à ELiana qui en me voyant faire doit comprendre ou je veux en venir. Mes baisers descendent glissant le long de sa colonne vertébrale.

“ Et toi…? co… comment te sent tu…?”

SOufflais je contre sa peau… Je regard Eliana, alors que je glisse ma main entre ses cuisses. Je caresses son intimité humide, hésitante… Je me mordille la lèvres. Je ne sais pas ce qui m’arrive, j’ai l'impression de ne plus être...moi et cette femme qui joues avec d’autre… m’impressionne. Mon doigts glisse pour atteindre sa corolle, que je titille d’abord sagement… faisant des ronds dessus avec mon doigts. Je rougis en voyant ce que je suis en train de faire… et ce que je vais faire… maintenant. J’incite Danu à se mettre à plat ventre, pour m’offrir un meilleurs…. accès. Timidement j’écarte ses fesse, pour glisser une langue timide mais brûlante contre son anus. Jouant avec… fermant les yeux, je m’applique, les joues rougies, je ne m’arrête pas… Ayant même l'audace d’y glisser un doigts que je commence à remuer en elle. Une chose est certaine elle se sentira que… mieux après ça… Ma main libre rejoint celle d’Eliana, pour qu’elle m’aide à faire jouir Eabha.





Image


Fiche - Carnet d'adresses - Journal RP

DC : Ruby / Tania / Sienna / Candice
Avatar de l’utilisateur
Manuela Alvarez
 
Message(s) : 579
Inscription : 20 Mai 2015, 17:38
Race: Humaine
Age: 19 ans
Taille: 1m62
Métier: Fille au pair - Etudiante
Maître: Amarok
Esclave/Familier: Je peux avoir un chaton ?

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Eliana Vidal » 13 Mars 2017, 12:23

Oh punaise! Je ne sais vraiment pas ce qui m'arrive, ce qui me prend pour en arriver à ce stade là! Déjà, me laisser avec des femmes, ça ne m'avais jamais effleuré jusqu'à maintenant, et je pensais encore moins pouvoir me détendre à ce point, jusqu'à laisser le plaisir déferler, jusqu'à atteindre l'orgasme.
C'est plus facile ainsi, sans doute. Les femmes sont plus douces, moins voraces, moins pressées peut-être... Mais même avec elles, avec Danu, ma soeur de meute, mon amie, et avec Manuela, la douce humaine, malgré tout la peur revient. Elle est toujours là, tapie dans l'ombre, cachée dans mon esprit pour resurgir à la moindre incartade. Je suis fatiguée de la craindre, car oui, je commence à me rendre compte que c'est la peur elle-même que je redoute, plutôt que l'enfermement et la violence qui sont à l'origine de mon traumatisme.

Et là, pour la première fois, mon désir parvient à prendre suffisamment de place pour contrebalancer l'angoisse qui menace. Peut-être parce que ce sont des filles et que c'est le bon moment, je ne sais pas trop mais au final, qu'importe! Je lutte un peu pour faire pencher la balance, affirmant avec force ma confiance en la louve qui en cet instant mène la danse. Et finalement, elle me mène, nous mène vers la jouissance la plus totale.
Manuela, rendue fébrile par un premier accès de plaisir, s'invite sur moi pour un baiser enfiévré que je lui rend avec fougue. Et Danu investit doucement nos fesses à toutes les deux avec douceur et fermeté. Je n'ai jamais été une grande adepte de la sodomie mais j'ai eu quelques expériences agréables avant cela dont une avec Khain juste avant notre séparation.

Je ne sais pas pour Manuela, mais moi, son action à la fois entre mes cuisses et dans mon séant me fait grimper en flèche. J'ai à peine le temps de me rendre compte que ça marche, que je me détend et..
Et c'est la vague de jouissance, la tempête dans mon corps, les spasmes de plaisir, les cris, les râles, le souffle coupé ... Et aussi une étrange connexion entre les loups et moi. Le lien de meute. Oh mince ce lien de meute que je n'arrive pas à contrôler, là, maintenant, qui est grand ouvert et relié à chaque loup de la meute.
Ils vont me sentir jouir, mais plus encore! Je m'en rend compte au regard que me lance Danu alors qu'elle vient d'exploser elle aussi. Comment est-ce possible? Tout ça a-t-il été si fort que je transmette toute cette jouissance aux autres loups?

Cette constatation me laisse à la fois comblée et gênée. M'exposer ainsi à tous, ce n'était pas tout à fait prévu. Mais je me sens tellement bien maintenant. Cette puissance, cette plénitude de mon corps... Comment ais-je pu m'en passer pendant si longtemps?
Je met du temps à retrouver réellement mes esprits, même si mille pensées ont déjà traversées ma tête. Je tremble encore un peu, j'ai des fourmis dans les pattes et le souffle court. J'entend le rire doux d'Eabha qui semble bien alanguie elle aussi. Elle nous demande si ça va. Je hoche la tête et Manuela sourit pour toute réponse.

- Oui... oui... c'était... Wahou!

Pas besoin d'autres mots, et pas besoin d'aborder ce sujet de suite, je ne sais pas comment Manuela régirait et je suis moi-même assez gênée.

Mais alors voilà que l'humaine se redresse et entame un nouveau chapitre, elle s'approche de Danu et coule un regard vers moi. Je comprend directement où elle veut en venir. Je m'approche à mon tour et vient jouer avec les fesses de la louve. J'ai moi aussi envie de lui rendre la pareille après l'orgasme qu'elle m'a offert.
Je m'agenouille aux côté de l'humaine et me penche pour venir titiller son anus de ma langue. Ce faisant, comme Manuela fait de même, j'en profite pour parfois taquiner également la langue de cette dernière.
Danu a déjà jouis mais je suis sûre qu'elle appréciera ses attentions, une forme de remerciement de notre part.

Soudain, une nouvelle idée me traverse l'esprit. La louve m'avait parlé de certains jouets dans sa chambre. Seulement, sa chambre est de l'autre côté du couloir et moi... je suis toute nue!
En même temps, j'ai terriblement envie d'aller trouver un gode sympa pour jouer avec l'omega. Je me redresse et cherche aux alentours quelque chose qui...
Les coussins!

Je choppe un bon gros coussin et me relève, le temps d'aller jusqu'à la porte, de l'ouvrir, de jeter un coup d'oeil à travers le couloir! Par mesure de sécurité, je place le coussin de manière à cacher le plus possible alors que je file dans la chambre de la louve.
Arrivée là, je fouille rapidement les tiroirs jusqu'à trouver ce qu'il me faut. Puis je repars en sens inverse, je ne fais pas attention à qui pourrais me regarder mais nul doute que je dois offrir une vision amusante, avec mon coussin et le gode en main. Revenue dans la chambre de l'Alpha où se trouvent les filles, j'adresse un sourire malicieux à l'humaine en lui montrant ma trouvaille.


http://media.laredoute.com/products2/641by641/b/8/3/500812295_0_PR_1_1200.jpg
Image

DC de Ambre Stokes
Avatar de l’utilisateur
Eliana Vidal
 
Message(s) : 603
Inscription : 24 Décembre 2015, 11:58
Véritable nom: Raksha
Race: Loup-Garou
Age: 595 réel, 30 en apparence
Taille: 1m65
Métier: Vagabonde, Omega

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Eabha Mac Cárthaigh » 14 Mars 2017, 13:01

Whaoh. Whaoh, whaoh, whaoh. C’est la première fois qu’une telle chose m’arrive. J’ai jouis sans que l’on me touche. Une première. Ce plaisir qui m’a submergé n’est pas le mien mais celui de Raksha. Je regarde la louve, et toutes deux nous nous comprenons. Sa jouissance s’est transmise via le lien de meute, nous touchant toutes et tous. Je peux sentir les hommes, désorientés, surpris, amusés pour certains, vexés pour d’autres…

La barrière psychologique qui entravait Eliana s’est brisée. Sa jouissance est devenue un orgasme, un orgasme tel que nous avons tous jouis. J’ignore si elle est définitivement brisée, ou si elle se remettra en place. Mais il aura fallut que je joue avec son anus pour cela. J’espère pour elle qu’elle pourra prendre du plaisir autrement que de manière anale. Ce serait compliqué sinon. Il faudra qu’on en parle. Mais pas tout de suite. Pour l’heure…

Je m’écroule sur le lit, dégoulinante de transpiration et de cyprine. Je ris nerveusement en pensant aux autres loups, à ma jouissance quelque peu frustrante, et au fait que Manuela serait horriblement gênée si elle savait. Raison pour laquelle je ne dis rien. Je me contente juste de prendre de leurs nouvelles.

Manuela se détache d’Eliana et se met à côté de moi. Allongée sur le côté et coincée entre les deux femmes, j’en viens à me dire que finalement, on va peut être bien l’avoir notre matinée farniente. Je replie un bras sous ma tête, et observe ma sœur oméga dont le regard se perd au-dessus de moi. Elle sourit, avant d’user d’onomatopées pour décrire son état. Wahou. Je ris, ayant moi-même usée de cette dernière dans ma tête.

Je pousse un soupir tandis qu’un frisson de plaisir me saisit. Ma nuque vient d’être embrassée, et en bonne oméga je réagis au quart de tour. Parce que je sais qui l’a donné. Je frissonne en sentant un autre baiser, et me cambre naturellement. Manuela me demande comment je vais, et je réponds d’une voix légèrement alanguie et chaude :

-Bien… mais si tu continues ainsi je vais me sentir encore mieux.

Je ne me retourne pas, et laisse la petite gitane parsemer mon corps de baisers. Ce dernier réagit tout seul, se cambrant naturellement pour mieux m’offrir à elle. Et quand ses doigts passent sur mon intimité, j’écarte les cuisses sans retenue ou gêne. Je suis trempée, et cela s’entend. Je soupire d’aise en sentant les doigts de l’humaine, hésitante, jouer avec moi. Mais elle ne s’attarde guère là, et remonte doucement ses doigts jusqu’à ma corolle. Je me cambre d’avantage et gémis plus fort en les sentant sur mon petit trou.

Oui je l’avoue, j’aime l’anal. En tant que seule louve de deux meutes, je l’ai souvent pratiqué pour éviter de tomber enceinte. Et aussi parce que j’aime être dominée ainsi par les loups de la meute. Les sentir me dominer de toute leur puissance me donne un sentiment de sécurité. Un sentiment d’appartenance. Je suis une soumise dans l’âme. J’aime être ravagée par les loups de la meute, être prise par plusieurs d’entre eux, être leur, à tous, durant cet acte bestial et sauvage. Double pénétration, double anal, orgies, j’ai testé toutes les pratiques à plusieurs avec mes meutes.

On peut me traiter de salope ou de pute, mais je m’en moque. Celles et ceux qui disent cela ne sont nullement des loups, et nullement des omégas. Une louve est rare. Une louve oméga encore plus. Je suis précieuse. Très précieuse. Ces pratiques à plusieurs que j’ai dites à l’instant, ne sont nullement des actes purement sexuels. Ce sont des actes d’amour. Ces moments sont des moments où ma meute entière me montre qu’elle m’aime, et moi-même en m’offrant à eux, je leur montre combien je les aime. Tous sans discernement. J’aime ces moments, parce qu’ils expriment avec leur corps, ce que les mots sont insuffisants à dire. Je me sens aimé, protégée, choyée… Tout ce pourquoi une famille existe.

Mais depuis quelques temps, les choses ont changées. Les loups se sont trouvés des compagnes, et leurs sont fidèles. Ajoutez à cela le départ de Khain, Garikaï et Seena, et très vite je me suis retrouvée sans compagnon de jeu. Oh, je ne me suis pas sentie délaissée, mais frustrée je l’avoue. D’où ma collection de sextoys. Et puis, il y a eu l’attaque des Faunes. Même si j’aime l’anal, ce que j’ai subit de la part d’Amarok est une expérience dont je me serais passée. Ou qui aurait du demandé un minimum de préparation. Quoiqu’il en soit, depuis lors, je ne peux m’ôter l’Alpha de la tête. J’aimerais tant pouvoir de nouveau me sentir aimée par lui, mais je sais que c’est impossible. Il est fidèle, et a fait de Manuela sa compagne. Tout ces sentiments mêlés font que ma frustration a été énorme, et que probablement, c’est cela qui m’a rendu si audacieuse ce matin. Ca, l’odeur d’Amarok sur elle… ou juste le besoin de donner mon amour aux deux femmes qui comptent énormément pour moi.

Je m’offre toute entière aux attentions de la gitane. Je me tourne à son incitation, docile, et à plat ventre sur le lit je relève les fesses pour lui faciliter la tâche. Je gémis doucement, tandis qu’elle s’amuse à me titiller la corolle avec sa langue. Elle écarte mes fesses pour cela, et cela m’excite encore plus. Un doigt mutin vient jouer avec moi, et je gémis sans retenue. Et puis, le doigt se retire, et deux langues viennent s’occuper de mon anus. Je souris de plus belle, plus que ravie d’être le jouet des deux femmes. J’écarte moi-même mes fesses pour les aider, appréciant d’être la proie de leurs intentions. Et puis, Eliana se lève, prend un coussin et s’en va. Seule Manuela s’occupe de moi, et je me laisse faire. Raksha va revenir. J’ignore pourquoi elle est partie ainsi, mais elle va revenir.

Je gémis tandis que Manuela me fouille les fesses de sa langue et de son doigt. Je suis cambrée, offerte et soumise à ses attentions. Et j’aime tellement ça !

-Hum…

Je jette un œil à Manuela et lui dit :

-N’hésites pas surtout. Tu ne me feras pas mal...

Tout comme tout à l’heure, l’hésitation de la petite humaine me fait sourire. Et même si ces gestes sont délicieux pour moi, ils ne sont pas suffisamment hardis pour m’arracher des cris encore. Mais j’ai bon espoir de la faire se lâcher avec moi. Eliana revient, toujours avec son coussin… un de mes jouets.

Je tremble d’excitation. Le regard de la louve… les attentions de l’humaine… le jouet que Raksha agite, malicieuse… Mon désir grimpe en flèche à la vitesse d’une fusée. Sans aucune honte ou pudeur, je prend mes fesses entre les mains et les écarte. Le contraste entre la louve qui a joué avec elles tout à l’heure, et celle que je suis maintenant à de quoi dérouter. Mais que voulez-vous, chassez le naturel, et il revient au galop. Et je suis avant tout une oméga.

-Mets-le moi s’il te plaît !

La tête dans les draps, le regard suppliant et envieuse, je souffle :

-Je vous en prie, enfoncez-le moi dans le cul.

Mes doigts se perdent sur ma corolle humide, que j’écarte avec mes doigts. D’une voix chaude et empreinte de désir, je supplie à nouveau :

-Je suis toute à vous, les filles, aussi faites-moi crier par pitié. Faites-moi crier en me détruisant totalement le cul et la chatte. Faites-moi crier à m’en casser le voix. S’il vous plaît…

Je n’ai clairement plus rien à voir avec celle que j’étais tout à l’heure. Pour ma défense, je dirais juste que j’ai besoin de me sentir aimée. A ma manière...
Image
DC : Ida Valmasen - Blanche Bellefleur - Vladimir Poujinski - Wyatt Emerson - Sunao Ichigami - Oya LaSirène
Avatar de l’utilisateur
Eabha Mac Cárthaigh
 
Message(s) : 237
Inscription : 22 Mai 2015, 16:35
Véritable nom: Aucun pour le moment
Race: Louve
Age: 72 ans réels, 25 apparent
Taille: 1m57
Métier: Oméga & Conseillère Conjugale

Re: [POST-EVENT]Câlin matinal[PV Manuela & Eliana]

Message par Manuela Alvarez » 20 Mars 2017, 16:59

Danu c’est occupée de nous, nous conduisant chacune à la jouissance j’ignorais à quel point une femme pouvait m’attiser et me conduire à un tel plaisir. Jusqu’à ce jour, tout ça était pour moi quelque chose d’impossible, l'impensable. Les louves ont éveillée de nouvelles sensations en moi, elles ont déclenchés de nouveaux plaisirs, de nouveaux plaisir…

Je suis encore pantelante de plaisir lorsque Danu s’écroule sur le matelas. L’idée de venir nous occuper de Danu à présent m'apparaît comme une évidence. Nous devons lui rendre la pareille. Je viens me positionner de l’autre côté de Danu, la coinçant entre ELiana et moi. Pendant que les louves partagent leurs impressions, je viens embrasser la nuque de Danu, descendant le long de sa colonne vertébrale en une myriade de baisers.

“ Attend toi à te sentir “ Un baiser “Beaucoup…” Un autre baiser sur sa peau douce “ Beaucoup mieux…”

Mon dieu, mais qu’est ce qui est en train de m’arriver ? Je ne me reconnais même pas en agissant de la sorte, c’est comme si mes seules envie, ma propre excitation me commendais. Je m’affranchie de toute gêne… et laisse mes doigts se perdre entre ses lèvres intimes. Je sais que je suis sans doute encore trop sage et trop… retenue, mais comme en être autrement alors que tout ceci, toute cette situation est nouvelle, absolument inédite. Mes doigts remontent ensuite vers sa corolle, je souris en la voyant se cambrer, en l’entendant gémir sous mes attentions quelques peu… timide. Je sent Danu s’abandonner à moi, à mes caresses et mes baisers et ça me conforte et m’encourage dans mes attentions. Je ne suis pas sur de moi, mais je gagne en confiance et en assurance un peu plus à chaque seconde. Je me débride ? J’en ai pas encore concience mais oui… j’ai fait beaucoup de chemin depuis que je suis à Amarok, que je suis devenue sienne… La petite vierge effarouchée et devenue plus qu’une femme aimante, mais aussi une amante… avide de luxure. Cette pensée me fait rougir.

Je l’incite à se mettre sur le ventre, ce qu’elle fait sans se faire prier. J’invite ELiana à s’occuper d’elle avec moi, je veux rendre à Danu la monnaie de sa pièce. Mes doigts viennent écarter doucement ses fesses pour venir titiller sa corolle du bout de ma langue. Je la pénètre ensuite d’un doigts, le faisant doucement aller et venir en elle, tout cela est nouveau pour moi, c’est tellement inédit que pour agi je me base sur ce que la louve à fait sur moi précédemment. Je suis sans aucun doute beaucoup plus sur la retenue, mais mon désir de lui offrir du plaisir est beaucoup plus… grand, intense. Eliana me rejoint et j’extirpe mon doigt de son petit cul pour que nos langues la torture en concert. Gourmande, Danu écarte elle même ses fesses pour nous faciliter la tâche. Je regarde la louve légèrement surprise lorsqu’elle se lève pour quitter la chambre. Elle reviendra vite… mais du temps je ne reste pas béate à attendre, ma langue contre la corolle de Danu, je me joue d’elle, redoublant d’intensité avant d’y remettre un doigt que je fais aller et venir au rythme de ses gémissements envieux. Ses mots font échos en moi lorsqu’elle me demande de ne pas hésiter que je ne lui ferais pas mal… c’est une demande détournée pour m'inciter à y aller plus franchement… Je relève la tête et lui offre un sourire énigmatique, avant d'intensifier mes attentions, m’aidant de ses gémissements de plaisir pour me guider.

Je relève la tête qui était enfouie dans les fesses de Danu lorsqu’Eliana revient dans la chambre. Mon regard se pose sur le jouet ramené par la louve. Je rougis n’en ayant jamais réellement vue, mais vu la forme parfaitement similaire à une verge masculine par besoin de me faire un dessin quant à son utilisation. La louve l’agite sous mon nez, je souris malgré mes joue rougies. La vision du jouet m’excite, c’est indéniable, mais c’est la vision d’une Danu complètement soumise qui à raison de mes dernières réserve. Je me penche sur ELiana, mon doigts toujours dans les fesses de Danu, je le bouge en elle, alors que mes lèvres capturent celles D’Eliana que j’embrasse sans plus aucune retenue… Venant saisir de ma main libre son jouet pour m’en embarrer.

Mon excitation grimpe en flèche, j’ignore ce qui m’arrive et quel est ce sentiment qui me pousse et me contrôle à prendre les devants… mais j’aime ça. Se sentiment de maîtriser la situation - à défaut de maîtriser ses émotions et sentiments qui me submerge - est grisant et addictif je dois bien le reconnaître.


Je rompt mon baiser avec Eliana, ne résistant plus à l’envie de posséder Danu, et lui offrir exactement de ce qu’elle demande. je sais ce qu’implique la sodomie chez les loups, c’est un acte de domination… et je… vais dominer Danu. Moi la fragile petite humaine, je vais dominer une louve… c’est le monde à l’envers et pourtant… la situation me plais plus que de raison. J’adresse un sourire amusé à Eliana alors que je positionne le jouet à l’entré de la corolle de Danu, le pressant doucement avant de l’inciter à relever les fesses, en se mettant sur les genoux, le visage toujours enfoui dans le matelas. Cette position me donne terriblement… chaud. Bon sang qu’est ce qui m’arrive… je ne me contrôle plus et me laisse aller à mes désirs… profond e instinctif. Dans cette position Eliana pourra jouer de sa langue contre son intimité ruisselante pendant que je joue de ses fesses. Je pénètre la louve de l’objet, l’enfonçant en elle sur toute sa longueur, le bougeant doucement d’abord, esquissant de petit cercle avec pour l’élargir avant d’entamer des vas et viens de plus en plus rapide. Je me concentre sur les gémissements de Danu, alternant les rythmes, j’y vais sans plus aucune retenue. A présent il a y plus que Danu Eliana et moi, je n’ai plus conscience de ce qui se passe autour de nous. Alors que je joue avec le Gode, je sens sous mes doigts tremblant un petit bouton que j’actionne… et qui fait vibrer l’objet. D’une main je l’actionne avec plus de force et rapidité en elle alors que de l’autre je caresse Eliana, l’incitant à offrir à notre louve plus de sensation, plus de plaisir… Je suis dans un état second, je ne me reconnais plus, toute ma retenue et ma candeur habituelle on laissait place à ce désir fou pour les louves. Les gémissements, les cris de la louve font de moi… une nouvelle femme… La vision que nous offre Danu est tout bonnement incroyable. Prise d’un profond désir je viens embrasser une fesse… la mordillant ensuite… y laissant une faible marque de mes dents qui se résorbera sans doute très vite.
Image


Fiche - Carnet d'adresses - Journal RP

DC : Ruby / Tania / Sienna / Candice
Avatar de l’utilisateur
Manuela Alvarez
 
Message(s) : 579
Inscription : 20 Mai 2015, 17:38
Race: Humaine
Age: 19 ans
Taille: 1m62
Métier: Fille au pair - Etudiante
Maître: Amarok
Esclave/Familier: Je peux avoir un chaton ?

PrécédentSuivant

Retour vers Les anciens écrits

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité